Rechercher

La naissance d’une coopérative — L’expédition

Sur mon mur Facebook trône, depuis plus d’un an maintenant, cette pensée;

« La plus grande menace faite à notre planète est de croire que d’autres la sauveront. »

Elle est de Robert Swan et en toute franchise, je dois vous avouer que je n’avais aucune idée de qui était cet homme avant de débuter ce texte (c’est lui sur la photo). En résumé, il fût la première personne à marcher jusqu’aux deux pôles et il consacre désormais ses énergies à la préservation de l’antarctique. Inspirant non ?


Loin de moi l’idée de vouloir me comparer à cet homme, assis bien au chaud derrière mon clavier à siroter un bon café. Non, l’idée, c’est plutôt de comparer l’aventure qu’a été, jusqu’ici, la mise en place de notre projet de coopérative à une expédition. Dans le sens où nous avons décidé d’entamer un voyage vers une destination inconnue parce que nous avions un sentiment d’urgence d’agir.

Pour composer avec cette part d’inconnu de l’expédition nous avons mis beaucoup de temps et d’énergie à la préparation. Au cours des derniers mois, nous avons commencé à réunir autour de la coop, une équipe d’experts, des gens motivés par l’aventure et prêts à s’y investir. Pour nous assister, nous recrutons présentement des accompagnateurs, partenaires financiers et autres collaborateurs qui viendront nous aider et nous soutenir dans notre mission.


Bien entendu, ce n’est pas toujours facile de garder le cap lorsqu’on prépare un tel projet. Au cours des derniers mois, nous avons traversé une multitude d’obstacles, mais nous avons persévéré, car au fond de nous, nous savions qu’il n’y avait pas d’autre direction. L’urgence climatique demande d’être sérieux dans la recherche de solutions si nous voulons espérer survivre sur cette planète. Il est d’ailleurs minuit moins une selon les scientifiques et déjà les répercussions du réchauffement se font sentir. Malheureusement ce n’est qu’un début.

Ne vous y trompez pas, l’état actuel de la planète n’est, ni plus ni moins, qu’une faillite du système, qu’il soit capitaliste ou autres. Et pour en revenir avec la phrase de Robert Swan, le changement passera d’abord par une responsabilisation individuelle par rapport à tous ces enjeux.

Chacun de nous a le pouvoir de changer les choses et nous ne sommes pas impuissants devant la situation. Chacun à notre façon, nous pouvons faire une différence. Qu’elle soit petite ou grande, notre contribution est importante, car du moment où nous ne voulons plus faire partie du problème, nous commençons à faire partie de la solution. La première étape consiste à accepter de voir la réalité en face.


À partir de là, tout est possible.

Alors de notre côté, nous avons décidé pour nous aider à réaliser nos objectifs de fonder la coopérative Système T. Système T, une référence au Système D , qui demande d’avoir la capacité de penser rapidement, de s’adapter et de faire preuve d’ingéniosité. Le T pour la transition socio-écologique.

Le concept de transition fait référence à une démarche qui fait progresser des secteurs d’activités vers un état durable, par des changements structurels et à travers un ensemble d’innovations technologiques, économiques, écologiques, socioculturelles et institutionnelles, qui se renforcent mutuellement (Tremblay, 2011). Nous nous sommes donné comme mission, justement, d’accélérer cette transition (en référence au mot « urgence » dans « urgence climatique ») en développant et en accompagnant des projets qui ont un impact positif, aux niveaux social, environnemental, culturel et économique.

Simple non ?

Essayez maintenant d’aller vendre ça à un banquier…

Alors durant des mois, nous avons peaufiné le modèle. Ajouté élément après élément (processus d’affaires, plan de communication, plan d’affaires, plan marketing, prévisions budgétaires, etc.) pour rassurer tout le monde quant aux compétences et au sérieux de l’équipe. Tout cela, en nous assurant de créer un espace où chacun pourrait contribuer, à sa façon, à la réussite de l’expédition.

Car la route sera longue.

La difficulté première réside dans le fait de concrétiser des projets de transition. Bien beau d’en parler, d’échanger, d’en rêver, d’échafauder des théories et des concepts sur un monde meilleur, mais encore faut-il pouvoir le mettre en place.

Concrètement on fait quoi ?

Et bien on avance, un pied devant l’autre. La coop verra officiellement le jour que le 7 octobre prochain et déjà nous avons commencé à travailler à des projets qui touchent la diminution des GES, les indicateurs économiques, l’agriculture, etc. Notre slogan, en action pour la transition reflète justement notre volonté d’agir.

Nous avons accompli tout cela par nos propres moyens, sans aucune aide financière pour l’instant, simplement en utilisant le fameux système D et beaucoup de volonté. Alors, imaginez un peu ce que nous pourrons accomplir dans le futur une fois que nous aurons les moyens de nos ambitions.

Un futur que je vous invite d’ailleurs à venir inventer avec nous si le cœur vous en dit. Pour finir, je vous avouerai que tels des aventuriers intrépides, bien que parfois le chemin soit difficile et que la fatigue et le doute nous envahissent, nous continuons d’avancer, car nous sommes persuadés que, même si nous ne connaissons pas la destination, nous sommes dans la bonne direction !


Jean Duplain est membre Fondateur de Sytème T et Consultant.


12 vues0 commentaire