Rechercher

La naissance du coopérative – Le camp de base

Mis à jour : janv. 29

Il ne faut jamais sous-estimer le degré de complexité d’un projet, surtout lorsque vient le temps de mettre en place une coopérative pour la transition socio-écologique.


La transition implique que nous réorientons plusieurs pratiques et modèles afin qu’ultimement nous puissions rester en dessous de certains seuils biophysiques afin d’éviter des changements qui deviendraient irréversibles.


Une expédition qui doit nécessairement passer par l’exploration de nouveaux territoires.


Pour les membres de Système T, il va de soi que nous sommes beaucoup plus dans l’état d’esprit de quelqu’un qui s’apprête à gravir l’Everest que dans celui de la personne qui va faire une rando sur les monts Valin un samedi après-midi.


Et à mesure que nous avançons, nous prenons la mesure du défi à réaliser.


Pour y arriver, nous devons mettre toutes les chances de notre côté en mettant plusieurs éléments en place avant même de commencer l’ascension.


À travers notre participation au Coopérathon Desjardins, nous avons imaginé ce qui deviendra notre « camp de base ».


Un camp de base où nous pourrons réunir une communauté désireuse de faire partie de cette expédition et de passer à l’action avec nous.


Parce que nous avons bien compris que seuls nous n’y arriverons pas, c’est aussi simple que ça.


La transition c’est avant tout une affaire de collaboration, d’entraide. C’est faire autrement, réorienter nos modèles de développement, réinventer ce qui ne fonctionne pas; l’individualisme, le chacun pour soi, la croissance à l’infini, etc.



La transition c’est avant tout « faire avec », co-créer, imaginer ensemble. C’est tisser des liens, créer des communautés. Ça demande l’engagement d’un grand nombre de personnes aux expertises diverses, mais ça demande surtout de « faire avec ».


Mettre l’humain, le citoyen, l’habitant, le vivant au cœur des processus d’innovations et de changements pour s’assurer en autre qu’ils répondent à un réel besoin. Mais encore davantage pour pouvoir tirer profit de la force de notre intelligence collective.


Ce camp de base adoptera donc une approche Living Lab (https://fr.wikipedia.org/wiki/Living_lab) qui sera en quelque sorte notre manière d’aborder et de travailler ensemble les projets de la coop et des différents porteurs de projets voulant s’impliquer dans la transition.


L’UQAC via Olivier Riffon (membre fondateur de la coop), professeur-chercheur en éco-conseil a déjà déposé une demande de financement au MEI pour la mise en place du Lab. Nos amiEs du LLIO (https://llio.quebec/) que je qualifierais de guides professionnels au niveau de ce type d’approche accompagneront également la démarche.


Présentement nous concentrons nos efforts à la recherche de financements\partenaires, car l’expédition sera longue.



Prépare toi petit garçon Elle s'ra longue l'expédition Et même si on n'en revient jamais vivant Il faut marcher droit devant


- Les Cow-boys fringants


Jusqu’ici la réponse est positive et nous devrions pouvoir vous faire certaines annonces bientôt.


Plus important, nous devrions également vous interpeller pour que vous puissiez faire partie de l’aventure.


Car, ce camp de base nous le voulons vivant, diversifié, inclusif, dynamique, coloré, créatif, ouvert et surtout rassembleur. Un lieu de rencontre pour une communauté animé par un désir de s’impliquer et de participer au changement.


Déjà plusieurs personnes nous ont contactés pour nous faire part de leur désir de s’y impliquer (si vous saviez à quel point chacun de vos messages nous encourage à continuer à aller de l’avant, merci !).



Nous allons donc nous mettre en marche et casser cette image de doux rêveur ou d’empêcheur de tourner en rond qui colle malheureusement souvent aux gens qui ont une conscience environnementale (comme si se soucier du sort de cette belle planète avait moins de valeur que chercher à continuer dans une direction qu’on sait sans issue)


Pour y arriver, nous devons prendre les choses en main, nous mettre en action, faire des propositions, réaliser des projets. Il est temps de sortir de l’intellectualisation de la transition pour passer en mode réalisation. D’ailleurs, parallèlement à la mise en place du Lab, nous travaillons sur plusieurs projets avec différents partenaires qui touchent l’autosuffisance alimentaire, la réduction du gaspillage, l’usage des bâtiments patrimoniaux, etc. De beaux et nombreux projets !

36 vues0 commentaire